L’association, «Femmes, santé, paix et développement» (Fesapadev), dont elle est la fondatrice, a lancé le «Programme de dynamisation, accompagnement, encadrement de 100 filles, femmes dans l’entreprenariat économique pour leur réelle autonomisation» à Esse, du 2 février au 31 juillet 2021.

Dès 11h, mardi 2 février 2021, la véranda du Palais de la culture d’Esse était déjà prise d’assaut par des femmes et filles venues de tous les villages dudit arrondissement pour l’ultime phase du lancement du «Programme de dynamisation, accompagnement, encadrement de 100 filles, femmes dans l’entreprenariat économique pour leur réelle autonomisation» initié par l’association, «Femmes, santé, paix et développement» (Fesapadev). Pour la plupart, elles ont un niveau scolaire au rabais. Il y en a même qui n’ont pas obtenu le Certificat d’études primaires élémentaires. «J’aimerais apprendre l’esthétique», a confié Pauline A., 40 ans, sans diplôme, célibataire et sans enfants en charge, quelques minutes avant la phase des enregistrements des apprenantes.

Le constat qui se dégage des enregistrements laisse voir la propension pour les femmes et filles Esse à la couture, la restauration, la coiffure, la décoration. Lors de la séance de présentation officielle du programme, à laquelle ont pris part les autorités administratives, politiques, traditionnelles, religieuses et les médias, démarré à 14h30 min, dans la vaste salle, l’accent a été mis sur la conscientisation. «Je voudrais que vous applaudissiez pour mama Nanga Agathe ! Quand quelqu’un bataille pour vous, ne la découragez pas, ne la décevez pas ! Soyez assiduités aux enseignements ; soyez ponctuelles pour qu’au terme de la formation ! La femme ne doit plus être un poids pour sa famille, elle doit voler de ses propres ailes. Voici notre centre de  Promotion de la femme et de la famille, les enseignants viennent de Yaoundé. Pourquoi est-ce que les Mvele ne peuvent pas enseigner et manger l’argent de l’Etat dans ce centre ? Alors, moi, je voudrais que, au terme des six mois-là, que vous soyez capables d’enseigner dans votre centre», a souhaité la directrice du Centre de la promotion de la femme et de la famille, Rosette Amougou.

Pour la 1ère adjointe au maire de la commune, Léa M.R. Olama Abomo, la femme d’Esse doit cesser de baisser la tête quand elle parle. «Pour qu’on dise que c’est ma fonction, il faut que vous soyez professionnelles dans cette fonction-là. Et pour bien le faire, je vous exhorte à être assidues, disciplinées, engagées dans ce que vous voulez apprendre. Heureuses qui comme vous êtes choisies parmi mes milliers des femmes de notre contrée. Appliquez-vous et à la sortie, vous aurez quelque chose à faire, parce que la femme aujourd’hui doit cesser d’être nécessiteuses».

Des experts triés sur le volet

L’agent de sécurité publique s’est joint à cette chanson des oratrices qui l’ont précédé. «La jeune fille ne doit pas seulement vivre pour attendre tout de son mari ; elle doit aussi se faire former pour avoir un peu de moyens car on ne sait pas ce que son mari peut lui donner ou non. Nous sommes très contents par ce programme qui va encourager la femme d’Esse à se  développer, à prospérer, que ce soit dans le mariage ou dans la vie en général. Cela pourra aussi faire prospérer l’arrondissement d’Esse et pourquoi pas le département de la Mefou Afamba et le Cameroun en général ?».

Des conseils qui allaient droit au cœur des apprenants qui ne cessaient d’émettre des youyous, applaudir et agiter les mouchoirs de couleurs verte, blanche et orange. Ce sont des formations hautement relevées que vont avoir les femmes et filles d’Esse par des formateurs et formatrices triés sur le volet. Ils sont experts en illustration et animation D2 en télévision, en transformation agro-alimentaire, en teinture sur tissu, en développement personnel, etc. C’est en fait une ambiance bonne enfant qui a eu lieu au Palais de la culture d’Esse avec des intermèdes musicaux des percussionnistes du groupe Azombo. Rendez-vous a été pris pour le 31 juillet 2021 pour la clôture du programme.

André T. Essomé, de retour d’Esse           

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.