Afanayoa dans la commune de Yaoundé 3è et Nkozoa dans la commune de Soa ont eu le privilège d’inaugurer la pose de la première pierre, respectivement les 28 et 29 janvier 2021. Toutes choses qui participent de la modernisation de l’offre éducative et de l’amélioration du cadre et des conditions de travail des apprenants et du personnel éducatif

Il y avait ambiance de fête, les après-midis du jeudi 28 et du vendredi 29 janvier 2021, respectivement à Afanayoa, dans la commune de Yaoundé 3è, département du Mfoundi, et dans la commune de Soa, département de la Mefou et Afamba, toutes les deux dans la région du Centre. Sonorités des percussions des groupes de danse «Elance» et «Nkukuma Nnama Kobega Ebug» à Afanayoa, et «Groupe de danse Koe» à Nkozoa, puis ici comme là-bas, des amazones de l’OFRDPC, sans oublier les aritistes musiciens Racine Sagath et Aïjo Mamadou (à Nkozoa) ainsi que les écoliers et élèves des établissements scolaires, tenaient les milieux en haleine sous un soleil d’environ 35°C. L’occasion s’y prêtait bien : la cérémonie de pose de la première pierre des écoles-témoins de ce qui convient d’appeler écoles modernes bilingues et complètes, selon les visées du président de la République, Paul Biya, qui seront construites dans les dix régions du pays.

Le déploiement des personnalités de marques représentatives : le ministre de l’Education de base – Pr Laurent Serge Etoundi Ngoa -, le gouverneur, les préfets et sous-préfets des circonscriptions administratives des localités concernées, les maires, les responsables des services centraux et déconcentrés du ministère de l’Education de base (Minedub), illustrait à suffisance l’importance desdites cérémonies. «On construit beaucoup d’écoles ici, on n’a pas vu un déploiement pareil. C’est écoles-là doivent avoir un atout comme l’école de Bastos qui a été construit par les japonais et où le président de la République était allé lui-même inaugurer», a d’ailleurs indiqué le ministre, à Afanayoa.   

Par le choix du standing et de la configuration identique des bâtiments à construire à Afanayoa et à Nkozoa, le président de la République veut résoudre l’épineux et sempiternel problème de la précarité des bâtiments, leur vétusté et leur rareté. «Ces écoles modernes sont une volonté de Monsieur le président de la République de donner de belles et solides infrastructures à nos jeunes enfants de telle sorte qu’ils soient résistants et doivent avoir un bon environnement pour les études pour de forts et brillants citoyens. Il a remarqué que les anciens bâtiments sont maintenant dans un mauvais état. Il y en aura à Afanayoa (Yaoundé), à Nkozoa (Soa), à Bonaberie (Douala) et à Touboro dans le département du Mayo-Rey (Nord). Le programme va continuer. Lorsque vous voyez à quoi va ressembler cette école, ça coûte excessivement cher. Nous irons avec la vitesse qui permettra au gouvernement de réaliser ce projet», a déclaré le Minedub.

Les jeunes handicapés moteurs exclus ?

Pour ces écoles modernes et complètes, précisément celles d’Afanayoa et de Nkozoa, elles seront construites dans des zones prioritaires. «Je voudrais donc dire que Nkozoa a eu cette chance d’avoir des réserves foncières de l’Etat. Où est-ce qu’on allait trouver 3 ha de terrain ? Il y a 1 ha et demi pour l’enseignement primaire et maternel, et 1 ha et demi pour l’enseignement secondaire», a souligné le ministre. Quant à Afanayoa, «L’histoire retiendra que l’école publique d’Afanayoa 2 a été créée par arrêté N°116/A/501/Minedub/FG/DEMP du 10 Septembre 2012. Elle ouvre ses portes en octobre 2018 dans une maison mise gracieusement à sa disposition par la famille Oum Laurent. De fil à aiguille, les conditions de travail des enseignants et des apprenants vont beaucoup s’améliorer grâce à une élite du village, qui, en plus d’un don d’une parcelle de terrain de 3500 m2 va offrir à l’école un bâtiment de six salles de classe en matériaux provisoire.  Monsieur le ministre de l’Education de base, c’est grâce à ces dons et aux efforts conjugués des forces vives d’Afanayoa 2 et de ses environs que vous signez aujourd’hui l’acte de naissance de la  nouvelle version de l’école publique témoin  d’Afanayoa, aujourd’hui, qui va intégrer les deux sous-systèmes anglophone et francophone», a rappelé le chef du village.

Après Afanayoa, Nkozoa, Bonaberie et Touboro, la construction des écoles modernes va se poursuivre dans les autres régions du Cameroun.  Toutefois, on se demande si ces écoles accueilleront toutes les couches, notamment les jeunes camerounais handicapés moteurs. Car ni dans les discours du ministre de l’Education de base, Pr. Laurent Serge Etoundi Ngoa, ni dans les présentations de l’ingénieur Samuel Fongang, il n’est fait mention des handicapés moteurs. 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.