Cameroun – Crise anglophone : Bishop Gilbert Etimbi fait des dons aux déplacés internes.

0
144

L’homme de Dieu, Bishop Gilbert Etimbi et les membres de son église, ont fait un important don aux victimes de la crise sociopolitique des régions anglophones du Cameroun, le jeudi 22 Juillet 2021, à Maképé Missoké, dans le 5ème arrondissement de la ville de Douala.

Installé au Cameroun depuis près de 20 ans, à travers son église, le missionnaire Gilbert Etimbi, de nationalité ivoirienne, mène plusieurs actions spirituelles, humanitaires et sociales dans ce pays qu’il considère désormais comme sa deuxième patrie.

C’est ainsi que le jeudi 22 Juillet 2021, sa caravane s’est déportée à Maképé Missoké, dans le palais royal de SM Joseph Mafor, un lieu où les déplacés internes de la crise dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest ont trouvés refuge, depuis que les affrontements entre groupes armés sont devenus sanglants.

L’homme de Dieu et les membres de son église ne sont pas venus les mains vides. Ils ont apporté des vêtements, du matériel de couchage, des denrées alimentaires, de l’huile végétale, des boissons gazeuses, de l’eau minérale, et surtout ils ont annoncé la réhabilitation de la machine du forage pour l’alimentation en eau potable.

La pandémie de la Covid-19 n’étant pas à ignorer en pareil circonstance, le bienfaiteur du jour à insérer dans son don, des milliers de caches-nez, des seaux robinets, du savon et des gels hydro-alcooliques.

« Nous serons toujours à vos côtés. Prenez, ceci avec action de grâce, car c’est un geste symbolique » : a déclaré le donateur. Déplorant au passage le contexte sociopolitique difficile que traverse le pays depuis le déclenchement de la crise anglophone. Une situation qui justifie la rareté des moyens financiers. Dans son homélie, l’homme de Dieu a invité les bénéficiaires à aimer leur prochain et à s’entraider mutuellement.

S’appuyant sur les saintes écritures, le pasteur leur a déconseillé la haine entre eux. Pour la rentrée prochaine, il a pris sur lui de scolariser une trentaine d’enfants.
Selon Kwine Magnam, une des déplacées récipiendaires : « nous avons tout perdu en venant ici à Douala au début de la crise sociopolitique. Aujourd’hui, Dieu nous a donné les frères qui nous témoignent leur amour sans rien attendre en retour. J’appelle les Hommes de bonne volonté à voler à notre secours. La scolarité est un épineux problème pour nous et beaucoup d’enfants ne sont pas scolarisés depuis notre arrivée ici en 2017. »

Simplice AMANG

Commentaires sur Facebook

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.