Cameroun – Normes et qualité : L’Anor passe à la vitesse supérieure

2
534


Il s’est tenu à Douala le mardi 30 Mars 2021, dans la salle de conférence, André Siaka du Gicam, la première session de sensibilisation des opérateurs économiques et des parties prenantes, dans l’objectif de les préparer au déploiement prochain des officiers de police judiciaire à compétence spéciale en charge des contrôles qualité sur le marché national, pour le compte de l’Anor.


Les différents opérateurs économiques (fabricants, importateurs, distributeurs) ont encore pour quelques jours pour se rapprocher des services de certification de l’agence des normes et de la qualité (Anor), afin de faire certifier leurs produits commercialisés sur le marché CaCamerounais. A annoncé Anaba Jean Josué, représentant du directeur général et par ailleurs conseiller technique à l’Anor.
L’Anor entend ainsi mettre un terme au non-respect des normes qu’elle conçoit et qui sont d’application immédiate, mais que les opérateurs économiques tardent à respecter, avec pour conséquence d’importants dommages causés aux consommateurs. Il en est ainsi, par exemple des immeubles qui s’écroulent régulièrement dans nos grandes villes, à cause de l’utilisation de fer à béton ne respectant pas les normes locales. Ou encore des huiles végétales contenant des produits nocifs à la santé des consommateurs. Les opérateurs des différentes filières, qui vont continuer d’ignorer les normes et qualités. Les différents produits vont subir l’assaut des équipes de contrôle qui seront lancées à leurs trousses dans les tous prochains jours.
Ces opérations d’assainissement des marchés sont principalement conduites par le Ministère du Commerce avec le truchement de la brigade nationale des contrôles et des répressions des fraudes.
Les descentes effectuées par les équipes de cette brigade, ont permis de constater au cours de la période 2010 – 2015, près de 100 000 infractions dans l’activité commerciale au Cameroun et 3 500 infractions constatées entre 2010 et 2015 sur des produits non conformes aux normes et relevant de la contrebande. Ces infractions, sont de 04 types. Le non-respect des normes rendues d’application obligatoire. L’absence de certification de conformité. L’usage illégal de la marque nationale de conformité. Et le refus de soumettre ses produits aux services de contrôle de qualité.
Face à ces infractions, les sanctions encourues par les opérateurs véreux sont les suivantes : la saisie et la destruction, le recyclage, le retrait des produits de circuit de distribution, le déclassement des produits. Quant aux amendes, conforment à la loi sur la normalisation, on note deux types. Premièrement l’imputation de 5% du chiffre d’affaires projetés et deuxièmement l’imputation de 100% du bénéfice net.
« L’objectif de ce séminaire était de nous rapprocher des acteurs de la chaine économique, afin de les sensibiliser sur cette nouvelle démarche qui débutera incessamment. Il fallait également veiller à ce que les produits commercialisés sur le marché soient conformes aux normes et exigences réglementaires », a précisé Luc Claude Mamba, chef de la division de la communication, de la promotion et de l’accompagnement des entreprises et des administrations à l’Anor.
SIMPLICE AMANG

2 COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.