Cameroun – Mairie de Bangangté : Niat Eric, programmé pour échouer

0
306


La seconde session du conseil municipal de plein droit de la commune de Bangangté, pour l’élection du nouveau Maire se tient le jeudi 6 mai 2021. Ça sera visiblement le jour le plus long pour Eric Niat à Bangangté.


Après le cuisant échec des consultations internes du Rdpc, menées à la maison du parti, le soir du 2 mai 2021, par le mandataire du comité central, Lamaire Ndjankou, assisté par le chef de la délégation permanente départementale du comité central du Rdpc dans le Ndé, Clobert Tchatat, ayant pour conséquence le report de la session du conseil de plein droit de la commune de Bangangté pour le 6 mai 2021, un total de 24 Conseillers municipaux, sur les 40 que compte la Commune de Bangangté, avait alors décidés d’envoyer un signal fort au secrétariat général du Comité central du Rdpc, à Yaoundé, en signe de mécontentement quant à ce qu’ils qualifient de mascarade électorale, qui aurait conduit au choix du simple conseiller, Niat Éric, à la tête de leur exécutif communal, face au 2ème adjoint Jean Lambert Tchoumi. Pour certains d’entre eux, les méthodes de corruption utilisées pour arriver à ce résultat fantoche, ne cadrent pas avec leurs coutumes et traditions d’éthique et de probité morale. La commune onusienne de Bangangté mérite à la fois le dynamisme et la méritocratie, dans le développement et la gouvernance locale.
Pendant ce temps, dans une logique de précipitation et de manipulation de l’opinion publique, Eric Niat a malheureusement été annoncé dans certains médias et réseaux sociaux comme étant le nouveau maire de Bangangté. Alors même que ce choix aurait été violemment contesté dans la salle, lors de ces consultations devant les émissaires du comité central. Et cette contestation majoritaire des conseillers municipaux s’est largement prouvée lors de la session de plein droit du 3 mai 2021, devant le préfet du département du Ndé, avec le quorum des 2/3 requis, qui n’a pas pu être atteint. Seulement 16 conseillers sur les 40 ont répondu présents. Alors, comment prétendre avoir gagné les élections avec une majorité de 21 voix contre 19 et qu’en moins de 24 heures seulement, qu’on soit incapable de mobiliser ces 21 conseillers qu’on dit être acquis à sa cause, devant l’autorité administrative ? Si on se réclame avoir gagné avec la majorité, comment a-ton-pu opérer cette chute libre en un temps record, pour passer de 21 voix, soit disant, le dimanche à 18h, pour 16 conseillers présents le jour du vrai vote du Maire, le lundi à 12h ? Bien malin est celui qui pourra répondre à cette question piège. Heureusement qu’en politique, le mensonge, la roublardise et la filouterie n’ont pas de longues jambes. Il faut simplement convoquer les lois sur l’arithmétique politique étudiée en 2001 à l’université de Massachusetts aux Etats-Unis, surtout quand on est passé par la mission camerounaise de l’ONU, pendant la deuxième guerre du golfe.
En effet, 24 conseillers municipaux, avec en tête de liste, le doyen d’âge dudit conseil, le plus jeune conseiller et le président du groupe communal RDPC, exigent à la fois le respect de l’équilibre sociologique, la compétence et le mérite à la tête de leur exécutif communal.
Dès l’ouverture de cette séance de plein droit, lundi dernier, après l’installation du bureau d’âge parmis les présents, la vérification des présences a permis de constater que le quorum de 2/3, soit 27 conseillers, n’était pas atteint. Une situation qui suivant les dispositions légales en la matière, a contraint le Préfet du département du Ndé, Ernest Ewango Budu, à renvoyer cette session pour le jeudi 06 mai 2021 à 11 heures précises. Et à cette occasion, le préfet du Ndé en a profité pour inviter les uns et les autres à œuvrer pour l’intérêt suprême des populations.
Il est difficile de dire avec exactitude ce qui s’est réellement passé dans la maison du parti Rdpc de Bangangté, le soir du 2 mai, en présence des émissaires du Comité central. Mais les sources bien introduites soulignent que les conseillers municipaux, avec en tête le président du groupe communal Rdpc, les 2ème, 3ème, et 4ème Adjoints au maire, le bureau d’âges du conseil, et plusieurs autres conseillers, se sont retrouvés tôt le matin à l’esplanade de la mairie de Bangangté. Après échanges et analyses de la situation politique actuelle, ils ont chacun décidé librement, unanimement et sans contrainte extérieures, de ne pas prendre part à ce conseil, si les conditions d’éthiques et les aspects sociologiques, de genre, et surtout la discipline interne, ne sont pas respectés. En réalité, comme un seul homme, la très grande majorité du conseil municipal de Bangangté estime que, pour une commune certifiée Iso26000, et reconnu à l’international, pour ses meilleurs pratiques de gouvernance locale, il faut de la compétence et du mérite pour la diriger.
Sauf par coup de baguette magique, la chèvre a disparu et le fils à papa ne tient plus que la corde. Tous les regards sont actuellement tournés vers l’examen de rattrapage, qui est le conseil municipal de plein droit qui se tiendra indiscutablement le jeudi 6 mai 2021. En attendant, ce feuilleton s’annonce avec plein de rebondissements. Les cœurs battent la chamade à Bangangté. Affaire à suivre…


Rédaction centrale

REACTION


Ernest Ewango Budu, Préfet du département du Ndé
Il y a deux choses à retenir du conseil municipal du 3 mai 2021. Premièrement, nous avons respectés les délais légaux de 60 jours prévus pour l’organisation d’un conseil de plein droit, en cas de décès ou de démission d’un maire, pour son remplacement. La deuxième chose c’est que la session s’est effectivement tenue, mais malheureusement on ne pouvait pas aller jusqu’au bout de ce conseil, tout simplement parce que le quorum n’était pas atteint. Et nous avons invité le bureau d’âge qui a été constitué à cet effet, à faire cette constatation. Et nous avons renvoyé la session dans 3 jours, c’est-à-dire, le jeudi 6 mai 2021 à 11 heures précises, suivant les dispositions de la loi. Et conformément à la loi, notamment le code général de la décentralisation, toutes les dispositions sont prises pour régler ce type de situation. Il est bien précisé qu’après ce renvoi de 3 jours, on doit systématiquement procéder à une élection directement à la majorité simple. A ce niveau le quorum n’est plus un blocage. Nous invitons donc les conseillers municipaux à un grand sens de responsabilité, surtout que le conseil municipal de Bangangté est entièrement Rdpc. Les mandataires du Rdpc sont arrivés, ils ont fait leur travail selon ce qui nous a été rapporté et nous espérons que d’ici jeudi tout reviendra dans l’ordre. Car le vrai sens du service public de la commune, c’est l’intérêt général, l’intérêt de la communauté, sans discrimination, ni considération politique, quelles que soient nos divergences.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.