Cameroun – Production animale : Le ministre Taïga au chevet des éleveurs de la région de l’Ouest.

0
131

Le ministre de l’élevage, des pêches et des industries animales, De Taïga, était en visite de travail dans la région de l’ouest, du 30 juin et 1er juillet 2021.

Le ministre a tour à tour visité la ferme parentale et le couvoir de la société de production avicole et du petit bétail (SOCAVB), de Bamena, dans le département du Ndé. Avant de s’étendre vers le nouveau chantier d’extension de la ferme parentale agro-alimentaire du Cameroun (AGROCAM), de Mataba-koutaba. Pour chuter enfin sur le chantier de production des poulets, prêts à cuire, du complexe avicole du monastère de koutaba, dans le département du Noun.

Le ministre de l’élevage, des pêches et des industries animales, Dr Taïga, au cours de ce périple dans la région de l’Ouest, était accompagné du gouverneur, Awa Fonka augustine, du préfet du Ndé, Ernest Ewango Budu et du sous-préfet de Bangangté.

Lors de la première étape de son séjour, le 30 juin 2021, le membre du gouvernement à visité la ferme parentale et le couvoir de la société de production avicole et du petit bétail (SOCAVB) de Bamena dans le département du Ndé. Le promoteur François Djounoun, après avoir présenté la structure qui produit près de 350 000 poussins de chair par semaine. Le ministre a également été sur le nouveau chantier d’extension de la ferme parentale agro-alimentaire du Cameroun (AGROCAM) de Mataba-koutaba. Ainsi que sur le chantier de production des poulets prêts à cuire, du complexe avicole du monastère de koutaba dans le département du Noun.

Suivant les éclairages de François Ndjounoun, qui expose en ces termes, les difficultés auxquelles il est confronté au quotidien : « C’est à partir de cette ferme parentale que nous produisons des œufs et avec laquelle nous faisons les poussins d’un jour. On vient de visiter cette ferme parentale qui a une capacité actuelle de 130 000 producteurs de chairs. Et dans un proche avenir, nous allons porter cette capacité à 150 000 producteurs de chairs. Nous avons également visité le couvoir qui a une capacité de 350 000 poussins de chairs par semaine. Vous avez dû constater que le goudron ici n’existe pratiquement pas, nous avons une mauvaise route. Et pour faire venir les matières premières à la ferme est très difficile. Nous avons aussi les difficultés liées aux importations des producteurs. Ici, nous avons aussi des problèmes d’énergie électrique. Nous fonctionnons généralement ici avec le groupe électrogène ».

Le ministre s’est dit satisfait des investissements du promoteur et a par ailleurs rassuré la disponibilité de l’État à l’accompagner au delà des dispositions de la loi des finances 2021, qui allège la fiscalité sur l’importation des intrants dans le secteur. Pour le ministre, Dr Taïga :  » Je suis tout à fait satisfait parce que j’ai vu sur le terrain des producteurs bien engagés qui ont beaucoup investis et qui sont encore en train d’investir. Monsieur Djounoun, par exemple, ici dans sa ferme, a une capacité importante, avec des perspectives à venir. Vous savez également que le chef de l’État, dans les instructions qu’il a donné, la loi des finances a permis d’encourager les producteurs de ce secteur d’activité ».

Ce séjour s’est achevé par la visite du nouveau chantier d’extension de la ferme parentale agro-alimentaire du Cameroun (AGROCAM) de Mataba-koutaba, ainsi que le chantier de production des poulets prêts à cuire, du complexe avicole du monastère de koutaba dans le département du Noun.

Dans un contexte sanitaire marqué par la pandémie du Covid-19, qui a durement affecté le secteur avicole au Cameroun, le ministre de l’élevage, des pêches et des industries animales, Dr Taïga est venu rassurer les opérateurs économiques sur l’accompagnement constant de l’État dans le cadre de la relance économique, pendant et après la crise sanitaire. C’est par le département du Ndé que le membre du gouvernement à entamé son périple de deux jours.

Kuete

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.