La littérature politico-économique s’est enrichie, ce 22 décembre 2021, à travers le troisième ouvrage du Directeur général d’Elections Cameroon, Dr Erik Essoussè, intitulé « Pratique des fondamentaux du développement par l’Afrique : de l’Afro-pessimisme à l’Afro-optimisme ».

La cérémonie de dédicace de cet ouvrage de 747 pages, paru aux éditions Eclosion, de Christelle Noah, restera à jamais mémorable dans les cœurs et les esprits de ces centaines de participants, qui ont répondu présents à ce grand festin de la connaissance parfaite, organisé au Djeuga palace de Yaoundé, le 22 décembre 2021, entre 15h et 20h.

Pendant 5h d’horloge, explorant la trajectoire de développement optimal de l’Afrique, en passant de l’afro-pessimisme à l’afro-optimisme, le public a eu droit à des brillants exposés thématiques, avec le débat contradictoire qui s’en est suivi, développés respectivement par des éminents universitaires, économistes et Hommes politiques, à l’instar du Professeur Ibrahim Mouiche, qui a présenté la note de lecture de l’ouvrage, avec un savant dosage d’optimisme, d’opportunités et de perspectives pour l’Afrique. Le Professeur Binam Bikoï, Secrétaire exécutif du Centre international de recherche et de documentation sur les traditions et les langues africaines (Cerdotola), a déroulé son commentaire sur l’ouvrage, en s’adossant sur des valeurs et traditions africaines endogènes, comme levier de tout développement.

Le Pr Isaac Tamba, Directeur général de l’économie au ministère camerounais de l’économie, de la planification et de l’aménagement du territoire (Minepat), préfacier de l’ouvrage, quant à lui, a exploré la dimension socioéconomique de l’ouvrage, en s’appuyant sur des indicateurs scientifiques et technique d’évaluation et de notation des Etats à travers le monde. En précisant par ailleurs que le Cameroun n’est pas assez mal loti qu’on le pense.

Les interventions de Joël Nana Kontchou, et de Célestine Habiba, sur la place de l’entrepreneuriat dans le développement optimal de l’Afrique, avec notamment la valorisation du « made in cameroon », ont davantage confortées la pensée de l’auteur, Dr Erik Essoussè, qui précise bien dans son livre que, les politiques d’émergence amorcées par l’ensemble des pays africains doivent s’adosser sur un capital humain de qualité, bien formé, éduqué et moulé aux valeurs fondamentales parfaites. Revenant une fois de plus sur la dimension humaine du développement, telle que théorisée dans son dernier ouvrage de 464 pages intitulé « Valeurs fondamentales parfaites et développement de l’Afrique : de la Renaissance aux Lumières africaines ».

Sa majesté Célestin Bedzigui, économiste senior, n’aura pas loupé l’occasion de relever l’intrigue, autour de l’orientation et du choix de certains modèles économiques du gouvernement camerounais, notamment sur l’import-substitution, qui pour lui, semble inadapté au contexte macroéconomique actuel. Une polémique qui a embrasé toute l’assistance et même la classe politico-intellectuelle présente au Djeuga palace, si bien que le Pr Isaac Tamba, était presque contraint à sortir de ses réserves, pour égrainer le chapelet de programmes, de réalisations et d’opportunités de financements mis en place par le gouvernement, en faveur des initiatives locales dans le secteur privé.

La présence très remarquée du Pr Ebenezer Njoh Mouelle, à cette dédicace, traduit toute la portée scientifique de l’ouvrage. Et ceci sonne comme une caution morale apportée au Dr Erik Essoussè, pour ce pavé jeté dans la marre. Le philosophe n’a pas manqué de féliciter l’auteur, pour la pertinence et l’opportunité de cette problématique hautement politique, sur les perspectives de développement de l’Afrique.

Du haut de son Doctorat en relations internationales contemporaines, obtenu en 1982 à l’Université de Sorbonne en France, ancien haut cadre au ministère de l’Administration territoriale, puis chargé de mission dans les Services du Premier ministre, et actuellement Directeur général d’Elections Cameroon, Dr Erik Essoussè, pense, en toute humilité, avoir trouvé la clé du développement optimal des sociétés humaines. Qui est avant tout, une résultante de la connaissance vraie, parfaite, universelle et éternelle, basée sur la « bible », livre universel vendu à plus de 7 milliards d’exemplaires aujourd’hui. Car, pour ce natif de Yingui dans le département du Nkam, fils de pasteur, c’est l’esprit, dans une proportion de 80%, qui gouverne la matière. Celle-ci ne représentant que 20% du monde. Conclusion, les moyens matériels et financiers ne sont que résiduels et accessoires dans la trajectoire du développement.

Il s’agit d’un ouvrage idéologique qui explore l’ensemble des modèles de développement, depuis l’Egypte pharaonique, jusqu’à l’occident contemporain, en passant par l’Asie, la Grèce, la Rome antique et les pays émergents. La trajectoire de développement de toutes ces société est basée sur les mêmes fondamentaux. Tous les peuples qui se sont développés au monde, sont passés indiscutablement par cette voie salutaire qu’est la connaissance vraie et parfaite. L’Afrique ne peut donc pas prétendre faire exception à cette règle d’or. Et c’est à cette conclusion unanime que toute l’assistance a fini par converger. D’où l’urgence de passer de l’Afro-pessimisme à l’Afro-optimisme.

Dr Erik Essousse à travers cet ouvrage, a donc lancé un pavé dans la mare. Vivement que cette réflexion intellectuelle se poursuive dans les milieux universitaires, politiques, et gouvernants, pour que l’Afrique, le berceau de l’humanité, retrouve enfin le chemin de son développement optimal. Et, c’est juste une question de temps !

                                                                 Samuel Bondjock

Commentaires sur Facebook

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.