Cameroun – Circulabilité sur l’axe Mora – Dabanga – Kousseri : Déjà 95% de traitements des points dégradés.

0
365

En visite de travail sur l’axe Mora – Dabanga – Kousseri, ce 1er juin 2022, sur haute instruction du ministre des travaux public, Emmanuel Nganou Djoumessi, le Directeur général des travaux d’infrastructures, Benoit Parfait Mbole Mbole, a procédé à la réception technique des points critiques identifiés sur les différents lots de ce tronçon routier, en vue d’assurer la continuité du trafic sur cette nationale N°1, qui relie le Cameroun au Tchad.

Pour toutes fins utiles, il est important de rappeler que les travaux de réhabilitation de la route Mora – Dabanga – Kousseri, avaient été suspendus courant 2021, à raison du renouvellement du prêt sollicité par l’Etat du Cameroun auprès de la Banque mondiale.

Ainsi, afin d’assurer le maintien de la circulation sur ces importants tronçons de la nationale N°1, qui permet de relier directement le Cameroun et la République du Tchad, le maitre d’ouvrage qui est le ministère des Travaux publics, en sa qualité d’ingénieur de l’Etat, a opté prioritairement pour le traitement profond des zones critiques, fortement dégradées d’une part, et le rétablissement des points de ruptures du trafic d’autre part.

En effet, c’est principalement sur les premiers 03 lots, parmi les 06 que comptent ce tronçon Mora – Dabanga – Kousseri, que ces grands travaux de traitements ont eu lieux. Sur le lot 1 par exemple, qui va de Mora à Tchakamari, en plus des terrassements, une buse en béton a été construite au point kilométrique 0+60, par l’entreprise Sadjo Baba. Et c’est au point kilométrique 23+800 à Tchakamari, que le grand déploiement de l’entreprise s’est opéré, à travers la construction de 9 batteries, constituée chacune de 3 buses en béton, plus un dalot double en béton armé. C’est travaux de traitement sur le lot 1, sont en cours d’achèvements.

Le lot 2 quant à lui, qui va de Tchakamari à Wwaza, a connu des travaux de terrassement et de construction d’une buse en béton par l’entreprise Pac International, afin de rétablir le trafic sur ce lot, à une vitesse de référence, d’au moins 60 km/h. Long de 40 km, le lot 3, qui va se Waza à Ziguagué, a subit des travaux de terrassement, de reprofilage, de recyclage de l’ancienne couche de chaussée, avec la pose d’ouvrage d’art. En outre, une digue composée de 10 ouvrages d’art a été construite dans la zone de Tchakamari, afin de la préserver des inondations, jadis récurrentes, à cause du cours d’eau qui sortait régulièrement de son lit et envahissait la chaussée. Et dans un délai maximal de 28 jours, ce problème sera définitivement résolu.


Pour Turki Riadh, chef de la mission de contrôle technique du projet : « les travaux exécutés sur ces 03 premiers lots, affichent un taux d’avancement de 95%, pour une enveloppe globale en TTC de 3 131 256 675 FCFA, soit 420 743 813 FCFA pour la mission de contrôle. Et jusqu’ici, nous constatons que le travail s’exécute normalement sur le terrain par les entreprises mobilisées, conformément aux différents cahiers de charges prescrits par le maitre d’ouvrage ».
Au terme de cette visite de chantiers, le Directeur général des Travaux d’infrastructures, Benoit Parfait Mbole Mbole, dit toute sa satisfaction par rapport aux prestations des entreprises mobilisées sur ces 03 premiers lots visités.

« En ce qui concerne le lot 4, qui va de Ziguagué à Dildé, qui n’a pas connu ce même rythme d’accélération des travaux, nous recommandons à l’entreprise de se mobiliser le plus rapidement possible, afin de rendre également ce tronçon parfaitement circulable comme les trois premiers » : a également précisé le chef de délégation, Benoit Parfait Mbole Mbole.


Samuel Bondjock

Commentaires sur Facebook

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.