Cameroun – Le code de procédure pénale et le code pénal traduits en langue Bulu.

0
436

La dédicace des ouvrages traduits par les soins de l’honorable Jean Jacques Zam, député à l’Assemblée Nationale, a eu lieu à Ebolowa le 5 Octobre 2022 en présence du Gouverneur de la Région du Sud Félix Nguele Nguele.

Faire reculer les bornes de l’ignorance car nul n’est sensé ignorer la loi. L’initiative de l’élu du peuple vise une bonne compréhension et une meilleure appropriation de la loi pénale par le locuteur Boulou. Une volonté de renforcement de l’état de droit et de la citoyenneté au Cameroun en général et dans la Région du Sud en particulier. Pour l’Honorable Jean Jacques Zam député de la nation initiateur du projet  » le code de procédure pénale et le code pénal traduits en langue boulou deviennent de facto des sources du Boulou parceque comme vous le savez il y a des concepts nouveaux qui n’ont pas été approprié par notre langue par le passé parcequ’ils figurent dans le droit. C’est une bouteille que nous avons jeté à la mer « .

Mettre tout le monde au même niveau d’information.

L’engagement du député à l’Assemblée Nationale à traduire ces documents en langue boulou se veut non seulement une volonté manifeste de vulgariser les lois de notre pays dans la langue boulou mais aussi et surtout à apporter un rayon de lumière dans l’obscurité de l’ignorance des populations de la zone rurale en particulier. Le porteur du projet a puisé dans le vécu quotidien pour comprendre et faire comprendre que l’ignorance de la loi caractérise l’essentiel des citoyens qui s’exposent de fait à l’action répressive de la justice. Le modérateur social voudrait susciter l’éveil des droits et devoirs qui découlent de l’appartenance citoyenne à la République du Cameroun.  » Vous savez que selon l’unesco une dizaine de langues disparaît de la planète chaque année. Ce sort ne doit pas advenir à notre langue. Vous savez que la langue est le premier véhicule de la culture si notre langue disparaît notre culture disparaît. Nous faisons dans la tribalite et non dans le tribalisme. Il faut valoriser nos cultures et traditions « .

Socialiser les rapports entre citoyens.

S’approprier la règle de droit constitue de ce fait un impératif dans notre société d’aujourd’hui dans l’optique de préserver ses intérêts, sécuriser l’intérêt général et se prémunir des rigueurs de la loi. C’est en ce sens que ces deux ouvrages traduits en langue boulou constituent une plus value pour améliorer la perception judiciaire. Surtout dans un environnement où l’usage de la langue est en proie à l’érosion du patrimoine linguistique et culturel local, à l’analphabétisme, à la prédominance de l’usage des langues officielles au sein des entreprises et des familles. Les justiciables boulou peuvent donc désormais mieux appréhender la loi applicable aux camerounais. Une façon pour l’initiateur du projet de limiter les casses et éviter aux camerounais autant que faire se peut de se retrouver dans les mailles de la justice à cause de l’ignorance. Pour Sa Majesté Bruno Mvondo chef traditionnel de troisième degré observateur  » ces deux ouvrages nous rendent fiers d’être Ekang, d’être boulou. C’est pour ça que nous avons renouveler nos bénédictions à l’endroit de l’initiateur l’honorable Jean Jacques Zam. En fait c’est un appel à l’usage, à l’appropriation, à l’acquisition de ces ouvrages « .

Les documents traduits en langue boulou ont de ce fait rencontré un accueil favorable. l’Honorable Jean Jacques Zam vient de susciter une culture juridique chez les populations de la Région du Sud.

Consty Zang

Commentaires sur Facebook

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.