Cameroun – An 40 du renouveau national à Douala : Laurent Esso sonne le clairon de la mobilisation dans le Littoral.

0
161

Se joignant à l’ensemble du pays pour la célébration des 40 ans de l’accession à la magistrature suprême du président de la République, Paul Biya, par ailleurs Président national du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc), le coordonnateur des activités de cette formation politique dans le Littoral, Laurent Esso, en a profité pour sonner le glas de la mobilisation populaire à la place des fêtes de Bonanjo.

Pour preuve, cette célébration aux relents de méga-meeting, aura vu la participation des six sections Rdpc du Wouri, auxquelles se sont jointes les populations de la cité capitale économique. Et ceci, grâce au travail de terrain des élites intérieures et extérieures de cette région, parmi lesquelles la sénatrice Rdpc, Patience Eboumbou, qui, grâce à ses réseaux d’association des femmes du Littoral, a fait drainer une foule immense, notamment celles du quatrième arrondissement de Douala, son fief politique de prédilection. Sans oublier que cette dame de poigne jouit d’une parfaite maîtrise de cette circonscription électorale acquise majoritairement au Renouveau national.

En effet, madame le sénateur est connue et reconnue de tous, pour son engagement politique inconditionnel sur le terrain, avec à son actif, un activisme débordant sur le plan social.

L’occasion faisant le larron

Ce 6 novembre 2022, dans la plupart des discours, les différents orateurs ont épilogué tour à tour sur le renforcement du vivre-ensemble, et surtout sur les raisons du choix du Wouri, pour abriter cette célébration.

Pour le patron politique de la région du Littoral, Laurent Esso : « J’ai choisi le Wouri parce qu’il concentre à lui tout seul, 70% de l’électorat de la région du Littoral, et dont les résultats conditionnent ceux de l’ensemble de ladite région ». Au demeurant, toutes les têtes couronnées du parti ont convergé vers cette même direction, en tenant également à affirmer leur adhésion aux idéaux défendus par le Rdpc et son leader naturel, Paul Biya, portant notamment sur la solidarité, la tolérance et le patriotisme. Des valeurs cardinales qui, à l’analyse, constituent par ailleurs le socle de l’indispensable vivre-ensemble dans un environnement sociopolitique plutôt vicié à l’essence, en raison de l’exacerbation du réflexe identitaire développé depuis quelques temps dans notre pays.

Toutes choses qu’a tenu à pourfendre le ministre Laurent Esso, non sans rappeler qu’à la légendaire hospitalité de la région du Littoral, d’aucuns y voient plutôt quelque velléités de piétiner littéralement les peuples autochtones.

Et comme par ailleurs, ladite région intègre une importante frange de personnes âgées, il dira ceci : « les personnes âgées, par leur expérience et leur sagesse, aident les plus jeunes à regarder l’avenir avec espérance et responsabilité », allusion certainement faite au chef de l’État. Toutefois, la viabilité de ce dernier devrait constituer un modèle, en termes d’hygiène de vie pour les jeunes générations plus enclines au « tout, tout de suite », alors qu’il faille aller à point en ne brûlant aucune étape.

Appel pressant
Sur un tout autre plan, l’imminence des consultations électorales devrait être pour les populations du Littoral, l’épreuve la mieux indiquée pour matérialiser leur militantisme et surtout leur adhésion aux idéaux du RDPC.

Surtout que le coordonnateur du comité central pour les activités politiques du Rdpc dans le Littoral, n’a pas manqué de leur réitérer : « la grande sollicitude du Président de la République à l’endroit des populations du Wouri en particulier et du Littoral en général». Aussi, se doivent-elles en retour le lui témoigner au travers de leur vote, le moment venu.

Autant cet appel peut paraître récurrent, autant intervenant à deux ans des élections générales, autant cela est loin d’être fortuit. Surtout que l’orateur est réputé peu disert au plan politique, au point d’avoir ligué contre lui, dauphins putatifs et autoproclamés qui, dans la perspective d’une alternance au sommet, en avaient fait l’homme à abattre. Or, la bataille politique est loin de se confiner à celles successorales car, il y va davantage du combat pour le développement en vue du plein épanouissement du plus grand nombre. « les personnes âgées ont pour vocation de conserver les racines d’un peuple, de transmettre l’héritage et de prendre soin des plus jeunes ».

Mêlant ainsi expérience, sagesse et sollicitude, Laurent Esso aura très certainement confondu ses adversaires et détracteurs, qui entendaient le confiner à la bataille successorale indue, tant l’accession à la magistrature suprême au Cameroun est codifiée par des lois.

Steve Njoh

Commentaires sur Facebook

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.