Cameroun – Interconnexion de la région de l’Est au réseau interconnecté Sud : Les grandes opportunités de Paul Biya.

0
121


Depuis la cérémonie officielle du 19 novembre 2022 à Mampang, par Abong-Mbang, dans l’arrondissement de Doumé, département du Haut-Nyong, présidée par le ministre de l’Eau et de l’énergie, Gaston Eloundou Essomba, la région de l’Est Cameroun fait désormais partie intégrante du réseau interconnecté Sud.


Autrefois isolée dans le Réseau interconnecté Est, la région de l’Est Cameroun était alimentée principalement par la très onéreuse centrale thermique de Bertoua, qui coutait annuellement à l’Etat, près de 12 milliards de FCFA de fuel pour son fonctionnement, soit un milliard de dépenses par mois, avec au final, toutes les perturbations et délestages intempestifs, occasionnés par les impératifs de rationnement systématique de l’énergie électrique, déjà très insuffisante pour l’ensemble des populations de cette partie du pays. Sans compter avec les fortes émissions de gaz à effets de serre, de carbone, essentiellement polluant et nocif pour l’environnement.


D’où l’urgence de construire cette ligne d’interconnexion Abong-Mbang – Ahala à Yaoundé, de 225 kV, avec le poste de transformation 225/90/30 kV de Manpang, d’une puissance installée de 500 mW, soit 22 fois la capacité antérieure de toute la région de l’Est, qui était alors de 22 Mw. Il s’agit donc d’une puissance électrique qui a vocation à satisfaire une importante demande industrielle et ménagère dans la région de l’Est. D’autant plus qu’il s’agit là, en termes de puissance de transformation, du 3ème poste d’interconnexion le plus important, sur les huit postes 225/90 kV que compte le système électrique camerounais. A savoir ; Logbaba à Douala ; Oyo-Mabang à Yaoundé ; Békoko à Dibombari ; Man-Gombè à Edéa ; Djob à Ebolowa ; Ahala à Yaoundé ; ceux de Bafoussam et de Mampang à Abong-Mbang.
Comme valeur ajoutée à cette infrastructure électrique de modernité, réalisée par l’entreprise indienne Kalpataru Power Transmission Limited, de juin 2019 à mai 2022, sur financement de Exim Bank Inde à hauteur de 85%, il faut souligner avec emphase, qu’il a été intégré dans ce projet futuriste, la pose d’un linéaire de 203 km de fibre optique, d’une capacité de 48 brins, pour lesquels la Sonatrel n’exploitera que 12 brins à court et moyen terme, pour la gestion de son réseau de transport d’électricité. Les 36 autres brins restants, sont ainsi mis à la disposition des populations, des administrations, des collectivités territoriales décentralisées et des opérateurs du secteur des télécommunications de la région de l’Est, pour un accès à une connexion internet de haut débit. Des opportunités technologiques incommensurables pour cette partie du pays, qui dispose en plus, du pylône le plus haut du Cameroun, long de 86 mètres.
En effet, cette interconnexion de la région de l’Est au réseau interconnecté Sud (Ris), permettra alors de faire transiter une capacité de 500 mW d’électricité, du Ris, via les centrales hydroélectriques de Songloulou, d’Edéa, de Memve’ele et de Nachtigal, vers la région de l’Est.

Garantissant ainsi la stabilité du réseau électrique dans ladite région. En plus de la qualité et de la sécurité dans l’approvisionnement en électricité des ménages et des entreprises. Choses qui ont un impact direct sur l’amélioration des conditions et du cadre de vie des populations locales, avec surtout à la clé, la réduction substantielle des couts, induisant de facto, l’augmentation du taux d’accès des populations à l’électricité, à travers notamment l’extension du réseau de distribution dans les villes et villages. Surtout que, comme l’a précisé le ministre Gaston Eloundou Essomba, dans son allocution de circonstance : « le Chef de l’Etat vient de décider de la mise en œuvre d’un nouveau plan d’électrification rurale de la Région de l’Est qui débutera en 2023 pour s’achever en 2028. Ce plan, qui sera doté d’une enveloppe de 15 milliards de FCFA sur une période de six ans, sera entièrement financé par le Fonds de développement du secteur de l’électricité, dont les provisions sont déjà inscrites dans la Loi de Finances 2023 ».


Des opportunités socioéconomiques diversifiées pour cette région du soleil levant, des pierres précieuses et du bois massif, qui caressait depuis toujours, le rêve de vivre le développement et l’émergence de l’industrialisation de sa filière bois spécifiquement, avec la transformation locale qui est une niche d’emplois et de revenus importants pour l’économie nationale.


Une réalisation de plus du président de la République, Paul Biya, fortement saluée par les chefs traditionnels et le porte-parole des élites de la région de l’Est, le ministre Joseph Le, qui n’ont ménagé aucun mot, pour traduire leurs remerciements et exprimer leurs reconnaissances au chef de l’Etat, à travers une motion de soutien et de déférence à lui adressée en cette occasion historique, qui sonne le glas de la marche irréversible de la région de l’Est, vers son émergence.
Samuel Bondjock

Commentaires sur Facebook

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.