Cameroun – Développement de la Pêche : Union sacrée entre la Capef et la Capa.

0
174

C’est à la faveur d’une convention signée le 8 février dernier à Oran entre la chambre d’agriculture, des Pêches, de l’Elevage et des Forêts du Cameroun d’une part et la Chambre Algérienne de la pêche et l’aquaculture d’autre part.

C’est la ville d’Oran qui a abrité la cérémonie de signature de cette convention préparée depuis environ deux ans. La Capef et la Capa s’engagent dans un mariage dans le but de mettre en commun leurs expériences et leurs expertises. En bonne place donc de cette convention apparaissent les volets techniques et commerciaux mais également la formation. Au regard des chiffres elogieux et eloquents réalisés par la peche algerienne ainsi que de l’étalage des techniques et de la technologie associees il est clair que le Cameroun tirera grandement profit de cette convention. Le gouvernement camerounais en confiant cette mission à la Capef y tient beaucoup et le gouvernement Algérien s’est montré et se montre entièrement ouvert à cette coopération. Ce qui s’est encore vérifié par l’invitation de la Capef au Salon de la pêche et l’aquaculture mais surtout par la présence effective du ministre de la pêche et de l’aquaculture à la cérémonie de signature de la convention sur le site même du Sipa 2024.
Les échanges entamés par les deux chambres depuis 2 ans vont se poursuivre pour que les fruits de cette union puisse rapidement être cueillis. Le Cameroun a besoin de sortir au plus vite de l’archaïsme de ses techniques de pêche. il a besoin dans le cadre de la politique d’import substitution de relever la pêche afin de baisser les importations de poisson qui sont très élevées et très coûteuses pour le cameroun. Pour cela Martin Paul Mindjos insiste sur la formation, les équipements, les aliments pour poisson. Aussi surprenant que cela puisse paraître, notre pays qui dispose d’une longue partie maritime, des dizaines et de fleuves vit encore des importations de poisson. Les activités au large des côtes sont menées par des pays étrangers africains et la Chine. Une tendance que la Capef est déterminée à inverser. Notamment par la construction d’un quai de pêche à Tiko-limbé ou encore un complexe du côté de Mouanko. Des projets inédits et révolutionnaires qui devraient bénéficier de ce type de partenariat et du permanent accompagnement des pouvoirs publics.

Sur place à Alger,le président de la Capef et sa délégation ont pris langue avec plusieurs structures opérant dans les secteurs de la construction navale, la nutrition des poissons ou encore celles des structures développant des techniques onshore et offshore de pêche. L’ambition étant de susciter la création des entreprises de pêche au Cameroun. Ces démarches serviront le secteur public comme le secteur privé. D’ailleurs dans l’encouragement de la coopération avec les entreprises camerounaises, des voyages ont été sollicités par le président de la Capef du Cameroun vers l’Algérie et de l’Algerie vers le Cameroun.

SiPA 2024

Ces accords et contacts ont eu lieu dans le cadre de la 9eme édition du Salon International de la Pêche et l Aquaculture qui s’est tenu du 08 au 11 février 2024 à Oran en Algérie.

Sous le thème « pour une sécurité alimentaire durable », l’événement qui se tient une fois tous les deux ans était placé sous le patronage du Président de la République. Coordonné de bout en bout par le Ministre de la pêche et de l’aquaculture Ahmed Badani.

Pour cette édition, 16 pays ont répondu présents pour environ 174 structures exposantes au centre des conventions Mohamed Ben Ahmed de Oran.16 pays d Afrique,d’Europe d’Amérique latine et des pays arabes.Un véritable rendez vous mondial au profit de la pêche.Sur le site les technologies les plus poussées, les techniques les plus affinées, les équipements les plus pointues.Sur place également les offres diverses de formation,de fabrication et de construction navale,les assurances,les banques et même la sécurité maritime.Avec également en bonne place la commercialisation et la transformation.Les innovations et les projections.Mais au delà du voir, toucher, questionner, découvrir, émerveiller, déguster et autres,le Sipa c’était aussi des ateliers scientifiques et techniques sur plusieurs thématiques,des conférences sur la formation dans le secteur de la pêche et de l.aquaculture mais aussi des rencontres organisées entre opérateurs économiques algériens et étrangers pour d’éventuelles coopérations directes.Des organismes et organisations internationales étaient aussi partie prenante de cette édition.

À l’instar de l Autorité Générale des Pêches en méditerranée, l’organisme arabe pour l’investissement et le développement agricole
L’organisation des nations unies pour l’alimentation (FAO) le programme d économie bleue de l’Union Européenne et le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD)

Celcom/Capef

Commentaires sur Facebook

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.